Etes-vous dépendant sexuel ?

L’année dernière, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré pour la première fois que la dépendance sexuelle était un trouble mental. Les chercheurs savent déjà pourquoi

 

Cela peut sembler superflu, comme Charlie Sheen ou Tiger Woods, qui doivent suivre une thérapie pour traiter un problème que d’autres personnes « normales » n’ont pas, mais ce n’est pas aussi étrange que cela peut paraître à première vue. La dépendance sexuelle est un problème grave. C’est un ensemble de comportements de nature répétée et compulsive visant à avoir des rapports sexuels, généralement avec différents partenaires, pour satisfaire un désir sexuel fréquent et intense. On estime que 6% de la population souffre de ce trouble. D’autres affirment qu’une femme sur 12 et un homme sur 10 sont dépendants, mais beaucoup de gens refusent de croire qu’il s’agit d’une réelle addiction

La dépendance sexuelle, une addiction comme une autre ?

Certains accros au sexe expliquent que, pour eux, le sexe et la pornographie sont comme la cocaïne pour le toxicomane, qu’ils ne peuvent pas contrôler leurs pulsions, et que cela peut même avoir un impact sérieux sur le bien-être de leur famille. Pas de sourires moqueurs et de commentaires du genre : « J’aimerais bien être avec un partenaire qui a ce problème. Il s’agit d’un trouble grave dans lequel la recherche constante de relations entraîne inévitablement un sentiment de regret absolu, d’anxiété et de dépression.

Des comportements compulsifs liés à un excès d’ocytocine

Mais pourquoi certaines personnes en souffrent-elles et d’autres pas Les scientifiques sont peut-être plus près que jamais de le comprendre : ils semblent avoir trouvé des différences dans la composition génétique des toxicomanes. Il s’agit de l’ocytocine, l’hormone que nous appelons communément « l’amour », parce qu’elle est responsable de notre amour et aussi de la capacité des femmes à accoucher et à fabriquer du lait maternel. Apparemment, selon eux, les personnes ayant un excès d’ocytocine pourraient être attirées par plusieurs personnes en même temps, ce qui les amènerait à rechercher compulsivement le sexe.

Le profil type du dépendant sexuel

N’allez pas croire que l’excès d’ocytocine rend les relations sexuelles plus gratifiantes. De nombreux patients ne peuvent pas contrôler leurs comportements, et ceux-ci peuvent avoir des effets vraiment négatifs sur leur vie, de la rupture des relations à la dépression à l’anxiété. D’après nos constatations, il est prouvé que la dépendance sexuelle est un diagnostic médical qui a une cause neurobiologique. Le profil est généralement celui d’un jeune homme à faible estime de soi, qui n’est pas capable de contrôler ses pulsions. Il a fréquemment recours à la masturbation, aux rencontres avec des étrangers, à la pornographie ou la prostitution. Il s’agit généralement de personnes qui ont une faible estime de soi et qui éprouvent un malaise semblable au syndrome d’abstinence lorsqu’elles n’ont pas de relations sexuelles.

L’année dernière, l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré pour la première fois que la dépendance sexuelle était un trouble mental. Les résultats pourraient expliquer pourquoi la thérapie cognitivo-comportementale, qui diminue l’ocytocine, aide les accros au sexe. On espère qu’avec le temps, ces découvertes aideront à produire un médicament qui pourrait bloquer l’hormone et pallierait ce trouble.

Les erreurs les plus courantes commises avec les jouets sexuels
Comment commencer le bondage de façon soft ?